Activision für ein Unternehmen, das die Logik für den Tricher „Call of Duty“ verkauft

Activision, l’un des plus gros éditeurs de jeux vidéo au monde, eine Hinterlegungsklage, mardi 4 janvier, contre EngineOwning, ein wichtiger Standort, der die Trichérie dans les jeux multijoueurs beschützt. Comme de nombreux autres Sites, EngineOwning Vend ses Clients, die logischen Vorteile haben, die die Vorteile von neuen Ligen zur Verfügung stellen, die automatische Automatisierung von Adversaires oder voir travers les murs, zum Beispiel. Les Logiciels sont vendus en abonnement, le prix pouvant all de 5 euros pour trois jours 45 euros pour sechs mois, selon les jeux.

Auf der Website von EngineOwning schlägt EngineOwning Notamment des outils pour tricher plusieurs jeux multijoueurs populaires d’Activision vor, comme les titres de la saga Ruf der Pflicht (Kriegsgebiet, die letzten Vorhut, mais aussi Moderne Kriegsführung). Die Website « se prête au développement, la vente, la distribution und au marketing de toute une gamme d’outils de tricherie et de piratage pour les jeux en ligne populaires, avec en tête de proue les jeux Call of Duty », explique Activision dans sa plainte, déposée aux Etats-Unis devant un tribunal californien.

Australische Lire Du triomphe économique au désaveu de ses salariés, le parcours sinueux du Patron d’Activision

Plusieurs ressortissants allemands visés

Das gerichtliche Dokument ist für alle kommerziellen Rechtsträger, CMM Holdings SA und EngineOwning Software UG, Angeklagte, die für die Verwendung der Logik der Tricherie zuständig sind, zuständig. Plusieurs individus sont également cibles par la plainte, nicht Valentin Rick, eine ganze Stadt und Design von Activision Comme le Principal Administrateur d’EngineOwning und der Patron deux Enterprises susmentionnées. « Activision a contacté Rick en 2018 und 2020 Propos de Son Implication dans EngineOwning und Son Site, und en réponse celui-ci a affirmé avoir vendu le site a a acheteur non identifié. Rick n’a jamais fourni de preuve d’une telle vente », souligne l’éditeur américain dans sa plainte.

Les logiciels de tricherie font l’objet d’un jeu du chat et de la souris entre les éditeurs de jeux et les développeurs cherchant à tromper la vigilance des studios

Plusieurs autres personnes sont nommées, la plupart résidant in Germany, and accusées de participer or d’avoir eté impliquees dans le fonctionnement d’EngineOwning oder le développement de logiciels. D’autres internautes ont été identifiés dans le document uniquement par leur Pseudonym. Les logiciels de tricherie existent depuis longtemps et font l’objet d’un jeu du chat et de la souris créant des outils discrets. Les plus connus, komm les Wandhacks (pour voir travers les murs) et les Zielbots (pour viser automatiquement la tête de l’adversaire par exemple) sont la hantise des studios, parce qu’ils gâchent l’experience des joueurs ne trichant pas et peuvent faire fuir des utilisateurs s’ils deviennedus trop trop.

Ce n’est pas la premire fois que des développeurs et revendeurs de logiciels de tricherie sont cibles par la Justice. En avril, les autorités chinoises, en partenariat avec le géant des nouvelles technologies Tencent, ont mené une opération contre un vaste réseau de ce opérant depuis la Chine et accusé d’avoir généré plus de 70 Millionen de dollar de revenus.

Lire notre synthèse : Harcèlement sexuel chez Activision Blizzard : Kommentar le géant du jeu vidéo a plongé dans la tourmente

Eckehard Beitel

"Unverschämter Zombie-Liebhaber. Freiberuflicher Social-Media-Experte. Böser Organisator. Unheilbarer Autor. Hardcore-Kaffeeliebhaber."

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.